How to restart a dead blog?

You need very loud music !

and a very loud trailer!

welcome back :)

Some music (vaguely) Björk related

Pour commencer, Björk et Dirty Projectors ont réalisé, en 2010, un album appelé Mount Wittenberg Orca. C’est très chouette et carrément une suite spirituelle et sexy de Medúlla . hop un extrait qui rends gay joyeux.

Oldies: Bjork et PJ Harvey aux brit award 94, une cover de satisfaction qui tue (sorry pour la qualité. si vous trouvez mieux… :/)

Inévitablement, Björk et Thom Yorke : I’ve seen it all sur l’OST de Dancer in the Dark.

Mais aussi sur Nattura (ok, j’avoue c’est une petit collaboration, mais j’aime cette chanson ;) )

De son côté, Thom Yorke en fanboy, a aussi repris avec Radiohead Unravel, de manière fort sympathique.

Et Bien sur Plaid Featuring Björk (qui hurle a la lune) : Lilith sur Not for threes qui est, a mon très humble avis un pur chef d’oeuvre.

Et pour le fun: Sigur Rós, Gobbledigook live avec Björk sur les drums \o/ (Des islandais se cache sur cette vidéo, sauras tu les retrouver ?)

A suivre…

I could listen to you all day #2

Winterlight est un projet composé de Tim Ingham, d’un laptop, d’une guitare et d’un clavier (comme il le décrit lui même). Ses influences vont de Port-Royal a Ulrich Schnauss en passant par les Cocteau Twins et my Bloody Valentine, et elle sont très bien digéré, j’aime énormément. J’ai nottament bien accroché a ce Hush Now sorti en 2009 (désolé pour le player pourri, j’ai pas trouvé mieux).

et dites moi si je suis fou mais je trouve que la mélodie principale de ce morceau de Winterlight ressemble assez bizarrement au thème principale de l’OST d’Inception par Hans Zimmer, sortie l’année suivante, en 2010, donc. bon, moi ça me saute aux oreilles, mais peut être que je suis fou. je vous laisse juger:

Pour rester dans la mouvance « je regarde mes chaussures » de Winterlight (shoegaze, donc pour ceux qui suivent pas) : un morceau du groupe de chicago Airiel, intitulé Firefly. Attention, il ne s’agit pas d’un épisode d’une série TV injustement annulé par fox, mais bel et bien d’un morceau qu’on pourrai glisser discretos au mileu d’un album de Slowdive. Limite plus qu’un hommage donc, mais vraiment bien fait. très bien fait, même. carrément.

Par ailleurs vous serrez heureux d’apprendre que vendredi dernier, j’étais au Bataclan, pour le concert de Explosions in the Sky, les post-rockers texans. et une seule chose a manqué a ce concert magique: Eluvium qui assurait leur première partie sur la tournée précédente, Matthew Cooper est un génie et j’avais littéralement adoré le voir assembler ses morceaux sur scène, strate par strate. Voici, Swimming Indoor at the Space Station, une allégorie de la melancolie, qui fera remonter en vous tout plein de souvenir d’évenements qui n’ont pas eu lieu et au bout des 10 minutes, vous rendra heureux d’être triste (comme disait Victor).

Et pour évitez de finir le billet sur ce spleen Eluviumien, voici une découverte réalisé par sérendipité pour le taf (il est cool mon taf… enfin, parfois). Halfby aka Takahiro Takahashi est un dj japonnais, assez reconnu, compositeur de musique joyeuse de type hip-hop, electro-pop bordelique. Son dernier album, The Island of Curiosity est sorti l’année dernière et je vous invite fortement à chercher ses clips sur youtube, c’est beau. Surtout celui ci (halfbeat) parce que plein d’animaux vectorisés et qu’on dirait vraiment l’OST de Katamary Damacy.

I could listen to you all day #1

Rapide tentative de faire refaire vivre le blog avec une rubrique au nom peu SEO friendly mais dont le but reste de partager de la zik, comme usualement.

Hop (dans mon panier), d’abord un extrait de Four Tet en live (diffusé sur une radio italienne). Soyons franc : oui, je pourrais écouter Four Tet sans me lasser pendant mille ans et donc je ne suis pas objectif mais tout de même, ces variations live de Love Cry et Plastic People sont à tomber par terre.

Méga surprise cette semaine : Le nouveau Lamb, intitulé « 5″, est out (après un hiatus de 8 ans!), j’attends encore de trouver le moment de l’écouter d’un traite mais après avoir entendu Another Language je penses que mes retrouvailles avec la voix de Lou Rhodes seront a n’en point douter douces et intenses.

Je ne sais pas si vous connaissez Digitonal, groupe electro anglais composé par le clarinettiste Andy Dobson et le violiniste Samy Bishai (+ guest). Ils pratiquent une ambient fortement influencé musique « classique » (je sais, lame description is lame). J’ai plus ou moins découvert en écoutant leur best of : Be Still My Bleeping Heart, découverte qui a rapidement découlé sur l’achat et l’écoute du reste de leur discographie et je dois dire que je suis très amateur de leur son, notamment ce morceau qui est juste magique. jugez plutôt :

Pour finir en restant dans le « pas-vraiment- récent-mais-awesome-découverte », ce morceau de Cepia aka l’americain Huntley Miller, sorti sur son premier EP en 2004 est rangé dans mon panthéon personel, un morceau complexe mais accessible que je vous invite a dévorer par les oreilles.

Biosphere – Substrata

un petit extrait d’un ultra classique de l’ambient : Substrata du génial norvégien Geir Jenssen, aka Biosphere (également ancien membre de Bel Canto).

et une petite citation que j’adore, qui explique en partie pourquoi l’ambient c’est le bien :
« If something is boring after two minutes, try it for four. If still boring, then eight. Then sixteen. Then thirty-two. Eventually one discovers that it is not boring at all. »
–John Cage

Précédement sur Randomfeature
Voir les billets précédents
A propos de ce site

Vous êtes sur le site personnel d'Enguerrand Leclerc (engy), web developpeur parisien.

Ce blog, à publication plus qu'irrégulière, créé en 2003, n'à aucun thème ou but précis autre que satisfaire l'ego de son auteur. Donc n'essayez pas de lire les archives, de faire de recherche (à votre gauche) ou de prendre contact avec lui. Merci.